Correction sur les marchés actions : simple normalisation du risque ou mouvement exagéré ?